Catégories
Blog

Les Thermes

Vestige visible

Emplacement des thermes – aquarelle D. Lepoittevin (droits réservés)

Historique des fouilles

Les thermes d’Alauna ont été entièrement fouillés en 1695 par le père Dunod, avec le soutien financier de l’intendant de la généralité de Caen, Nicolas-Joseph Foucault. A cette occasion, le plan de l’édifice a été relevé. 300 ans plus tard, des fouilles archéologiques, entreprises entre 1989 et 1992, ont permis de dégager entièrement les ruines, permettant une connaissance globale du monument.

Datation

Les recherches contemporaines permettent de dater la construction de l’édifice dans la seconde moitié du Ier siècle de notre ère. Elles mettent en évidence des modifications légères vers la fin du Ier siècle et un abandon courant/fin du IIIe siècle.

Description

Il s’agit d’un édifice d’une superficie de 1 225 m², de plan symétrique, offrant une bipartition entre six salles froides et quatre salles chaudes ou tièdes.

La piscine froide était installée en abside, sur la façade orientale. D’après les observations des XVIIe et XIXe siècle, la piscine chaude correspondait à un bassin octogonal, de 7,30 mètre de diamètre, chauffé par douze fourneaux de briques aujourd’hui détruits.

L’approvisionnement en eau était assuré par un aqueduc, dont le départ se situait probablement près du théâtre antique.

Les maçonneries des thermes sont conservées en élévation sur une douzaine de mètres et montrent une mise en œuvre soignée, associant un parement en petit appareil de moellons quadrangulaires à des lits de briques.

Thermes secondaires ?

L’édifice thermal se trouve en position suburbaine, probablement pour des raisons topographiques et sociales mais également pour afficher un aspect monumental à la sortie de la ville.

En conséquence, cet établissement thermal ne constituerait pas les thermes publics principaux ; probablement devait-il accueillir les populations rurales environnantes et les gens de passage (voyageurs, commerçants,…). Il reste donc à localiser les thermes principaux au cœur de la ville, dans la zone planifiée.

Pour aller plus loin

Le fonctionnement de l’hypocauste – C’est pas sorcier
Georges Vigarello : les plaisirs de l’eau, un héritage antique