Catégories
Blog

Approches linguistique et toponymique – Alauna/Alleaume

Etude linguistique – Stéphane Lainé, CRISCO et OUEN, Université de Caen Normandie

Le site archéologique d’Alauna, aujourd’hui situé sur la commune de Valognes, faisait partie à l’origine de l’ancienne commune d’Alleaume qui a été réunie à celle de Valognes en 1867.

Même si Alleaume s’est implantée sur le versant opposé de la vallée du Merderet, l’analyse linguistique et toponymique ne peut s’affranchir de cette relation. Car Alleaume, d’un point de vue toponymique, perpétue le nom Alauna, bien que l’évolution phonétique n’autorise pas une filiation directe : le nom Alauna ne peut pas aboutir naturellement à une forme Alleaume, mais à une forme orale qui peut être graphiée *Alone, Alonne, Allonne, *Alones, *Alonnes, ou Allonnes.

Quelques auteurs ont donc supposé un phénomène d’analogie ou d’attraction exercé par l’anthroponyme Alleaume, issu d’une forme étymologique germanique Adalhelm, constituée des mots adal « noble » et helm « casque », et latinisée en Adalelmus.

L’analogie entre le toponyme résultant de la forme celtique originelle Alauna et l’anthroponyme résultant d’une forme germanique originelle Adalhelm a dû s’appuyer davantage sur un rapprochement des versions écrites que sur celui des réalisations orales.

Les multiples significations données au nom Alauna peuvent raisonnablement être réduites à trois :

  • soit il s’agit d’un hydronyme (nom de rivière), reposant sur un thème celtique ala, signifiant « nourrir » et désignant des rivières abondantes en poisson, ou bien d’une racine étymologique indoeuropéenne alə– « aller sans but, errer », signifiant une rivière « errante ».
  • soit c’est un oronyme (nom topographique désignant un relief), issu d’une forme originelle gauloise alaunos signifiant « élevé »
  • soit enfin nous sommes en présence d’un théonyme (nom à caractère religieux ou sacré), qui peut d’ailleurs avoir des rapports étroits avec l’eau ou avec la hauteur ; la racine étymologique serait toujours la même, mais considérée cette fois d’une manière figurée, métaphorique, dans laquelle il s’agit davantage d’une élévation spirituelle que d’une hauteur physique.

L’examen des différents sites correspondant à d’anciens Alauna / Alaunum ne nous autorise pas véritablement à prendre parti.

Dans le cas d’Alleaume, il serait séduisant d’envisager une situation assez similaire à celle d’Allonnes dans la Sarthe ou d’Allonnes dans le Maine-et-Loire1. L’agglomération antique était en effet sur un plateau dominant la vallée du Merderet : il existe donc bien une idée de hauteur physique, géographique, au sens propre. Vraisemblablement, il faut ajouter à cette signification bien réelle le sens de « hauteur » dans un emploi figuré, symbolique, religieux. La difficulté majeure est de déterminer à quelle divinité l’adjectif qualificatif alauna peut être appliqué. Des figures masculines ne sont pas à exclure, bien que le mot alauna soit en principe féminin : la tête antique sculptée figurant dans un mur à Valognes, rue de poterie, en un lieu situé dans l’emprise de l’ancienne commune d’Alleaume, peut avoir un rapport direct avec cette hypothèse2. Une dévotion à une déesse des sources serait également envisageable : la source du Câtelet est sur la pente soutenant l’agglomération antique, elle fait face au théâtre romain.

Cette dernière hypothèse amène à évoquer le cas de Valognes. L’une des étymologies crédibles pour le nom Valognes serait une forme latine Vallonia désignant une déesse des vallées citée par saint Augustin, dans le livre IV de La Cité de Dieu3. Une réflexion sur les rapports entre Alauna et Valognes est donc indispensable, tant dans l’organisation spatiale des deux structures urbaines et leur articulation que dans les rapports sémantiques entre leurs dénominations.

Si les archéologues ont encore beaucoup de recherches et de découvertes à faire à Alleaume et Valognes, les linguistes ne sont pas en reste…

1 http://www.archeo.ens.fr/Allonnes-Sarthe.html / https://www.inrap.fr/decouverte-d-une-agglomeration-et-d-un-important-sanctuaire-gaulois-allonnes-14850

2 http://closducotentin.over-blog.fr/article-une-tete-antique-decouverte-a-valognes-102722658.html, consulté le 6/09/2012.

3 La proposition d’Émanuelli, faisant de Valognes une évolution différente du mot Wallonie, c’est-à-dire reposant sur un terme germanique *walah « étranger » qui désignait les peuples romanisés en milieu germanique, est également très séduisante et rien ne s’oppose à elle au regard de la phonétique historique.