Catégories
Blog

Alauna, chef-lieu de civitas ?

La question du statut d’Alauna, en tant que possible chef-lieu de civitas, est largement débattue depuis 3 siècles.

En l’état actuel des recherches, de nombreux indices forts viennent largement étayer cette hypothèse :

  • Alauna est une agglomération aussi étendue que Constancia (Coutances), que ses 45 hectares d’emprise correspondent à toutes les dimensions des chefs-lieux de cités antiques de la Basse-Normandie ;
  • Qu’elle est dotée d’une parure monumentale comparable (édifice de spectacle à arène, établissement thermal, sanctuaire, etc.) ;
  • Qu’elle est dotée d’un schéma urbain aussi rigoureux que ceux d’Aregenua (Vieux), d’Augustodurum (Bayeux) ou d’Ingena/Legedia (Avranches) ;
  • Les sondages et prospections géophysiques révèlent, à la croisée des deux artères principales, l’existence d’un grand sanctuaire et de boutiques évoquant la présence d’un forum ;
  • Plus largement sur un grand arc ouest, elle peut être mise en perspective avec d’autres chefs-lieux de cité comme Jublains ou Corseul.

Ces éléments conduisent à valider le statut de chef-lieu de civitas pour Alauna durant le Haut-Empire.

Le cas de Constancia (Coutances), capitale de cité avérée, nous apporte des arguments qui entérine cette hypothèse. Le nom de cette ville épiscopale n’est pas hérité de la civitas des Unelles, où elle s’établit, mais de Constancia, nom que portait son chef-lieu attesté au Bas-Empire, et dont elle prend le relai.

Ce constat fait écho aux recherches actuelles qui spéculent sur l’existence de deux chef-lieux en territoire Unelles : Constancia (Coutances) et Alauna (Alleaume/Valognes).

Hypothèse de deux civitates gallo-romaines à l’origine du diocèse de Coutances – SIG/DAO D. Lepoittevin et L. Paez-Rezende, PCR Arbano (droits réservés)

Si la première est attestée au Bas-Empire, notamment par le biais de la Noticia, en tant que préfecture militaire et se voit figurer avec une vignette de chef-lieu sur la Table de Peutinger, la seconde est absente de la Notitia et représentée comme une simple agglomération sur la Table.

Extrait de la table de Peutinger

La coexistence de deux chefs-lieux ne peut être admise qu’à la seule condition que le territoire qui deviendra l’unique civitas des Unelles durant le Bas-Empire, puis le diocèse de Coutances, soit en réalité le produit de la fusion de deux territoires distincts durant le Haut-Empire, chacun administré par un unique chef-lieu, Constantia au sud et Alauna au nord.

Cette fusion est une hypothèse sérieuse qui pourrait s’inscrire dans la vague des grandes réformes territoriales entreprises en 297 par Dioclétien et poursuivies par Constantin au début du IVe siècle. Elle fait également écho à l’évolution du territoire voisin des Baiocasses et à la disparition des Viducasses, dans la liste des civitates du Bas-Empire, puis des diocèses. Dans ce même mouvement de restructuration des provinces, la civitas des Viducasses est absorbée par le territoire des Baiocasses. Aregenua (Vieux) est ainsi déchue de son statut de chef-lieu au profit d’Augustodurum (Bayeux). À la fin de l’Antiquité, les frontières de ce vaste territoire serviront d’ancrage aux limites du diocèse de Bayeux.